Personne n’est tellement forte…

A un certain moment, passant par le couloir conduisant à la cuisine, j’entendis ces paroles dans mon âme: Dis constamment ce chapelet que je t’ai enseigné. Quiconque le dirà sera l’objet d’une grande miséricorde à l’heure de sa mort. Les prêtres le donneront aux pécheurs comme une ultime planche de salut ; même le pécheur le plus endurci, s’il récite ce chapelet une seule fois, obtiendra la grâce de mon infinie miséricorde. Je désire que le monde entier connaisse ma miséricorde ; je veux répandre mes grâces inconcevables sur les âmes qui ont confiance en ma miséricorde (P.J. 687).  

Ma fille, incite les âmes à dire le chapelet que je t’ai donné. Il me plait de leur accorder tout ce qu’elles me demanderont en disant ce chapelet. Lorsque les pécheurs endurcis le réciteront, j’emplirai leur âme de paix et l’heure de leur mort sera heureuse. Ecris cela pour les âmes affligées : Lorsque l’âme verra ses péchés et en mesurera le poids, lorsque se devoilerà à ses yeux tout l’abime de la misère dans laquelle elle s’est plongée, qu’elle ne désespère pas mais qu’elle se jette avec confiance dans les bras de ma miséricorde, comme l’enfant dans les bras de sa mère bien aimée. Ces âmes-la ont la priorité sur mon coeur empli de pitié, elles ont la priorité sur ma miséricorde. Dis-leur qu’aucune âme faisant appel à ma miséricorde n’a été déçue ni n’a éprouvé de honte. Je me complais particulièrement dans l’âme qui fait confiance à ma bonté. Ecris : Si l’on récite ce chapelet auprès d’un agonisant, je me tiendrai entre le Père et l’âme agonisante, non pas en tant que Juge juste, mais comme Sauveur miséricordieux (P.J.1541).

Il n’y a pas de situation sans issue. Rien n’est encore perdu. Dieu jamais ne rejette l’homme, même le pécheur le plus endurci. Dieu donne la bouée de sauvetage pour ceux qui sont plongés dans les péchés et dans leur faiblesse. C’est le chapelet à la Divine Miséricorde.