Marie…

Même de grands signes de la résurrection de Jésus – le tombeau vide, la présence des anges ou une conversation avec Lui, n’ont pas réussi à ouvrir les yeux de cette femme fermée dans sa douleur, au mystère de la victoire de la Miséricorde. On peut avoir reçu des exorcismes comme elle (Mc 16: 9) et toujours douter de l’Amour qui a vaincu le Mal et la mort. Parce que l’on peut parler de tout à Dieu,  on peut prier et rester agenouillé pendant des heures sans jamais Le laissez venir à soi. Alors la vérité sur la résurrection de Dieu qui vit, qui EST juste à côté de moi, qui en moi, restera toujours lointaine,  étrangère…

C’’était seulement quand Jésus a prononcé son prénom : Marie… (Jean 20:16), au son de Sa voix, les cordes du cœur de Marie Madelaine se sont mises à trembler de joie et de bonheur. C’est seulement à ce moment-là qu’elle a rencontré Jésus. Elle était comme ressuscitée. Elle a déplacé la pierre puissante de l’ancienne façon de penser. Elle a effectué un mouvement de 180 degrés vers Jésus (l’Evangile de Saint Jean dit : elle se retourna, 20:16) et alors elle ne voyait plus le Ressuscité  comme un simple jardinier. Il est redevenu son Maître Bien-Aimé : Rabbuni. Parce que ce n’est que lorsque je laisse Dieu m’appeler par mon prénom et vivre cette relation d’amour avec moi, mon cœur s’ouvre à la réalité d’une nouvelle vie. Sainte Faustine a remarqué à juste titre : Je ressusciterai en Jésus, mais d’abord je dois vivre en Lui (P.J. 392). En ce dimanche de la Résurrection du Seigneur, demandons la grâce de renforcer notre relation avec le Christ afin que nous puissions nous aussi nous élever à la nouvelle vie. Amen.