Le cinquième jour avec le Saint Esprit

Au cours de la journée je vais méditer le texte suivant du „Petit Journal” de sainte Faustine:

Aujourd’hui est venue me voir une personne laique à cause de laquelle j’avais eu de grands désagréments, elle avait abusé de ma bonté en disant beaucoup de mensonges. Lorsque je l’ai aperçue, au premier instant, mon sang s’est glacé dans mes veines,  car tout ce que j’ai dû souffrir à cause d’elle se présenta à mes yeux, bien que j’eusse pu m’en délivrer par un seul mot. L’idée me vint de lui faire connaitre la vérité catégoriquement et immédiatement. Mais au même moment la miséricorde divine se présenta à mes yeux et j’ai résolu d’agir envers elle comme Jésus aurait agi à ma place. J’ai commencé à lui parler avec douceur et quand elle a exprimé le désir de me parler seule à seule, alors je lui ai clairement fait connaitre le triste état de son âme d’une manière très délicate. J’ai vu sa profonde émotion bien qu’elle la cachât devant moi. A ce moment une autre personne entra et notre conversation seule à seule prit fin. Cette personne me demande un verre d’eau et encore deux autres choses, ce que j’ai fait volontiers. Mais sans la grâce de Dieu, je n’aurais pas été capable de me conduire de la sorte envers elle. Quand ces personnes sont parties, j’ai remercié Dieu pour la grâce, qui m’a soutenue pendant tout ce temps (P.J. 1694).  

O Saint Esprit, viens en le don de la mansuétude, afin que je sache montrer aux autres la bienveillance et la douceur, surtout envers les personnes de lesquelles notre nature fuit.