Le chapelet à la Divine Misericorde – une bouée de sauvetage pour les agonisants

Il y a des moments où nous ne savons pas comment aider les agonisants. Faisons la même chose que faisait sainte Faustine :

Lorsque je suis entrée un moment à la chapelle, le Seigneur m’a dit : Ma fille, aide-moi à sauver un pécheur agonisant; récite pour lui ce chapelet  que je t’ai enseigné. Lorsque j’ai commencé à réciter ce chapelet, j’ai vu ce mourant dans de terribles luttes et supplices. L’Ange Gardien le défendait, mais il était comme sans force devant l’immensité de la misère de cette âme; toute une multitude de démons attendaient cette âme. Mais pendant que je récitais le chapelet, je vis Jésus, tel qu’Il est peint sur le tableau. Les rayons qui sortaient du Coeur de Jésus enveloppèrent le malade et les forces des ténèbres s’enfuirent, dans la panique. Le malade rendit calmement le dernier soupir. Lorsque je revins à moi, je compris combien la récitation de ce chapelet est importante auprès des mourants, elle apaise la colère de Dieu (P.J.1565). 

En entrant dans ma solitude, j’entendis ces paroles : A l’heure de la mort je défends comme ma propre gloire chaque âme qui récite ce chapelet elle-même, ou bien si d’autres le récitent près de l’agonisant – l’indulgence est la même. Quand on récite ce chapelet auprès de l’agonisant, la colère divine s’apaise, la miséricorde insondable s’empare de son âme et les entrailles de ma miséricorde sont émues par la douloureuse passion de mon Fils (P.J. 811).

Il nous faut nous souvenir de la promesse de la grâce d’une mort heureuse et en paix pour ceux qui réciteront le Chapelet et auprès desquels le Chapelet sera récité à l’heure de leur mort. Dans la mesure du possible, joignions-nous à l’oeuvre de l’aide pour les personnes agonisantes.