Fin du carnaval 2019

Je t’attendais pour partager Mes souffrances, car qui les comprendra mieux que Mon épouse ? (P.J. 348)

Le cœur sensible de sœur Faustine n’échappait à aucune occasion pour partager les souffrances de Jésus. Les moments qui ont précédé le Carême étaient particulièrement difficiles, alors que la folie du carnaval allait bientôt prendre fin. Elle a écrit dans son Petit Journal :  Fin du carnaval. En ces deux derniers jours du carnaval, il m’a été donné de voir la multitude des punitions et des péchés. Le Seigneur m’a fait connaître en un instant les péchés du monde entier commis en ces jours. Je me suis évanouie de frayeur et, bien que je connaisse toute la profondeur de la miséricorde divine, je suis étonnée que Dieu permette à l’humanité d’exister. Et le Seigneur me fit comprendre que ce qui soutient l’existence de cette humanité, ce sont les âmes choisies. Lorsque la mesure de ceux qui sont choisis sera comble, le monde cessera d’exister (P.J. 926). 

Qui sont ces « âmes choisies » ? En regardant à travers les pages de son journal, on a l’impression que Sœur Faustine décrit les saints de cette manière :  Jésus, délice de mon âme, pain des Anges, Tout mon être est plongé en Toi. Et je vis de Ta vie divine comme les élus au Ciel (P.J. 1393). Mais pas seulement ceux qui regardent déjà Dieu, mais aussi ceux qui ont décidé de « vivre la vie de Jésus » sur la terre. Sommes-nous parmi eux ? Sommes-nous plus préoccupés par nos souffrances ou celles de Jésus ? Par sa volonté ou par nos projets ?

Saint-Esprit, aide-nous ! Accorde que cette choix que tu as scellée lors de notre baptême s’accomplisse au Ciel.