Entre sur le ring ! Deuxième tour

La première erreur dans une bataille spirituelle consiste à penser que ton adversaire obéira aux certaines règles. Voici quelques-uns qui régulent le comportement des joueurs sur le ring : 

  • Il est interdit de frapper un adversaire à terre ou qui se lève ;
  • de tenir l’adversaire en infligeant des coups;
  • lorsque l’arbitre interrompt le corps à corps, il convient de prendre un recul complet ;
  • il est interdit de donner des coups immédiats après la séparation ;
  • en cas de blessure empêchant la poursuite du combat ;
  • le boxeur qui a commis la faute est disqualifié.

Ne te fais pas d’illusions, dans la vie spirituelle tu ne peux pas connaitre les règles du combat et prévoir le comportement de ton adversaire. Il te frappera même lorsque tu tomberas sous son premier coup. Il  ne te permettra pas de faire quelques pas en arrière pour reprendre l’air et respirer. Il te suivra pour porter un autre coup. Ton adversaire courra jusqu’au bout du monde, même s’il a déjà été disqualifié. Par conséquent, au début du combat, ta première victoire sera de reconnaître qu’il est plus fort que toi. Tu es un pécheur – faible, enclin au mal, plein d’orgueil et d’égoïsme. Tu ne peux pas gagner ce combat seul – pas même un tour.  Jésus expliquait à Sœur Faustine : Tu vois, Mon enfant, ce que tu es par toi-même ; la cause de tes échecs, c’est que tu comptes trop sur toi et que tu t’appuies trop peu sur Moi. Mais que cela ne t’attriste pas outre mesure. Je suis le Dieu de Miséricorde. Ta misère ne saurait épuiser mon amour puisque Je n’ai pas limité le nombre de Mes pardons (P.J. 1488). C’est pour cela, mène le combat à coté de Jésus – Il est plus fort que ton adversaire et il te protégera. Sœur Faustine avouait : Quoi que je fasse, je ne compte pas sur mes forces, mais sur la grâce de Dieu. Avec la grâce de Dieu l’âme peut triompher des plus grandes difficultés (P.J. 287).