5ème jour de la neuvaine

Ah ! si les âmes voulaient écouter au moins un peu la voix de leur conscience et la voix, c’est-à-dire les inspirations, de l’Esprit-Saint ! Je dis « au moins un peu », parce que, si nous nous abandonnons une seule fois à l’influence de l’Esprit de Dieu, c’est Lui-même qui complètera ce qui nous manque (P.J. 359).

Pour que le Saint-Esprit comble nos manques, nous avons besoin d’en être conscients et de les nommer avec courage. Qui enseigne aujourd’hui comment écrire un CV comprenant toutes nos lacunes ? Même devant Dieu, cela n’est pas facile. Le langage du Saint-Esprit peut nous paraître incompréhensible – surtout quand il nous parle à travers la souffrance, la solitude, des frustrations. Savoir ce qui se passe dans notre for intérieur est le premier pas vers la transformation du cœur !

Esprit-Saint, rends-moi capable de m’abandonner à Toi !