3ème jour de la neuvaine

Ascension du Seigneur. Depuis tôt le matin, mon âme est touchée par Dieu. Après la sainte Communion, j’ai été un instant en relation avec le Père céleste. Mon âme a été attirée dans le brasier même de l’amour. J’ai compris qu’aucune des oeuvres extérieures ne peut être comparée avec le pur amour de Dieu… J’ai vu la joie du Verbe Incarné et j’ai été plongée dans la Trinité de Dieu. Lorsque je suis revenue à moi, la nostalgie a envahi mon âme, je languis de m’unir à Dieu. Un si grand amour envers le Père céleste s’est emparé de moi que je peux qualifier toute cette journée d’extase d’amour ininterrompue. L’univers entier m’a paru n’être qu’une minuscule goutte d’eau face à Dieu. Il n’y a pas de plus grand bonheur que lorsque Dieu me fait savoir intérieurement que chaque battement de mon coeur Lui est agréable et quand Il me montre qu’Il m’aime particulièrement. Cette conviction intérieure, par laquelle Dieu me confirme l’amour qu’il me porte et me montre combien mon âme Lui est agréable, plonge mon âme dans une paix profonde. Aujourd’hui, je n’ai pas pu prendre de nourriture : je me sentais rassasiée par l’amour (P.J. 1121). 

Lors de la fête de l’Ascension, le cœur de Sœur Faustine était rempli de nostalgie et de joie. Elle a senti dans son cœur que les paroles de Jésus qui avait promis de nous envoyer le Saint-Esprit sont en train de s’accomplir : il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai (Jean 16, 7).

Le Consolateur nous permet de sentir la puissance de l’amour de Dieu. Il nous rend capables d’aimer nos ennemis et de suivre les commandements. Il ouvre nos yeux à la Parole de Dieu et fait de nous une terre fertile.

Esprit Saint, guide-moi vers la connaissance de l’amour du Père !